La vraie vie de Shirley Ze Pap' ! - Page 5

  • Bilan et bonnes résolutions du 1er Juillet

    Pourquoi attendre le 1er janvier pour dresser le bilan de l'année écoulée et prendre de bonnes résolutions ?

    Je décide donc que chaque 1er du mois sera l'occasion d'une réflexion sur les 30 jours précédents et d'un bouquet de bonnes intentions pour ceux qui arrivent. Ne dit on pas qu'il faut avancer à petits pas pour réussir à faire un long chemin ? Surtout lorsqu'on ne sait pas où l'on va ...

    Mon mois de juin, jeté en vrac, ça donne ça : plus de fluidité dans ma couture ; pas assez de preuves d'Amour ; la fierté d'avoir participé à une cause juste ; la surprise de voir que je vieillis ; la surprise de voir que mon enfant grandi ; un grand appétit de tissus et de livres de couture ; la curiosité de la pâte fimo (2 blocs achetés, 0 testé) ; voir ma fille se détendre enfin ; partir dans le Sud Ouest pour fêter l'enterrement de vie de jeune fille d'une amie, avec deux autres folles dingues ; participer à un swapp parce que j'adore les cadeaux et que j'aurais une bonne raison de bricoler ! Et puis être heureuse de voir le nombre de visiteurs de mon ti blog en progression ...

    Mes projets pour Juillet :

    - Vite vite vite trouver un idée pour la vente au profit de la croix rouge pour les Drancinois du Var ici.

    - Me lancer dans l'apprentissage des gâteaux miniatures en pâte fimo ! J'aime trop ça !

    - Montrer à mon homme comme je l'aime (mais je vous dirais pas comment !)

    - Arrêter de manger du chocolat au goûter et des cacahuètes à l'apéro pour fermer enfin mon jean's ...

    - Etre patiente avec mon papillon en mode opposition permanente.

    - Faire plein de coutures : une amie ange Tilda, une robe pour bébé , de la déco pop kitsch ...

    - Faire péter le score de visites de mon blog avant la chute inexorable d'août !

     - M'occuper plus activement de mon petit potager !

    Pour l'image du jour, contemplation de la nature Narbonaise ...

    Photo 275.jpg
    Et de cette fourmi  qui ne baisse pas les bras devant un curly 100 fois plus gros qu'elle !
    Photo 154.jpg

     A bon entendeur, salut !

     

     

  • Petit poème au point du jour ...

    Quand viendra le précieux soir

    Où nous aurons dormi tout le jour
    Lorsqu'à mes seins tu viendras boire
    Que ta bouche ne soit avare, Amour

    Quand cessera la beauté des matins
    Où nous aurons tout permis à la nuit
    Qu'à mes seins tu n'accrocheras rien
    Ni de tes lèvres ni de tes mains,

     allons, fuis

    Mais avant,
    D'un souffle languissant,
    Léger et frémissant
    Un pétale sur mes seins
    Te montrera le chemin
    De ce qui nous fut ardant

     

    NZEL06_441-rose-geante.jpg
    Bon anniversaire d'Amour mon amour ...
  • Un coeur en Provence

    Je vous en avais parlé il y a quelques jours, suite aux intempéries.

    Un coeur en Provence lance un appel à la création. Tous les objets seront vendues au profits des sinistrés Dracinois.

    Il y a 6 catégories autour d'un thème commun : notre belle Provence.

    Les modalités en cliquant http://1ptitgrain2folie.over-blog.com/ext/http://www.alombredufiguier.fr/

    Soyez nombreuses à participer (et à acheter !)  

     

  • Droit des enfants / droit des parents / droit de la nature

    J'ai eu un commentaire étrangesuite à mon billet sur les vêtements d'été pour ma Stroumphette ... Ou plutôt, sur la photo où elle porte une couche jetable.  

    Oui, chère personne anonyme, je prône haut et fort mon goût du lavable ! Pour autant je ne rechignerais jamais à mettre une Pamprout sur le derrière de mon papillon.

    Oui, chère personne anonyme, je dégaine sans honte une jetable, la nuit, le jour, quand le coeur m'en dit.

    Allons plus loin dans la confession, si la FleurCup et les serviettes lavables sont mon choix prioritaire, j'ai AUSSI des serviettes nananette dans ma pharmacie.

    Je vais même te l'avouer, chère personne anonyme, ma fille mange aussi bien du fait-maison que du petit plat pour bébé tout préparé. Tout pas bon que ce soit, tout pas bio du tout, je m'en fiche. Y a des jours, parfois des semaines, où je fais le choix du facile.

    M'attendras-tu au coin de la rue, chère courageuse anonyme, si je te confis que je m'arrête au Mac Do les jours de flemme ?

    Que Diable !

    Devrais-je me résoudre à la culpabilité à chaque fois que je fais ma lessive au Lechaton parce que ma râpe à savon est en grève ?

     

    Tu me parles, chère inconnue, de déontologie et d'hypocrisie ... De droit de la nature et de droit de l'enfant.

    Je te réponds maman, femme et fille.

    La mère que je suis à des droits, elle aussi. Celui d'avoir du temps pour être femme, celle de mon homme. Celui d'avoir du temps pour être fille, moi, moi et rien que moi. Parce que mon rôle de maman, lui, il est peut être prioritaire chaque heure de chaque jour, mais je n'en deviendrais pas l'esclave.

    Mon enfant a le droit que je prenne soin d'elle. Que je lui offre ma protection, que je lui assure une sécurité. 

    La nature nous dépasse et pourtant nous l'écrasons, je rejoins ton avis, chère anonyme, mais pas ton extrêmisme. Sans céder aux sirènes de notre société, j'en fait partie. 

     

    Tu excuseras mon langage châtié mais je n'ai qu'une seule réponse à te faire : pètes un coup, tu libéreras peut être du dioxyde de carbone mais aussi tellement de tensions !

     

     

     

     

  • 1ers cheveux blancs et test de coloration végétale

    Le cheveu blanc, celui de mes 20 ans, immuable, solide, la preuve au monde que je n'étais plus un bébé, s'est fait des amis.

    Traitre.

    Amies de toujours et d'hier, la trentaine est bel et bien installée. Je ne me plains pas, je les aime, mes trente balais...

    J'apprécie cependant trés modérement que mon beau cheveu blanc en ait invité d'autres sur ma tête. Le moment est donc venu de constater les outrages du temps qui commence à s'activer sur mon pauvre petit corps.Horreur, j'ai aussi des rides (et pas celles d'expressions). Elles vont par deux, c'est bien connu. Comme les dents de ma fille, elles vont se multiplier sans que j'y puisse quoi que ce soit.

    Je recherche en moi l'ado qui disait que "les rides, c'est beau.". Que les signes du temps qui court ne sont que les trophées d'une vie bien remplie. Naïve, va ! Cours retrouver ce salop de Ronsard et lui dire que la rose, doucement, se fane.

    Comme l'Omo Erectus, je mets au point des armes de guerre pour partir en lutte : crèmes, huiles et poudres de perlimpimpin ...

    Aujourd'hui, test de coloration naturelle à base d'épices, gamme "Aube indienne", couleur noisette (je suis châtain moyen). La couleur est donc plus claire que ma base, je ne prends pas de risque puisque ça n'éclaircie pas.

    181208_181011_ASAHI_U5JrDZ.jpg

    Il s'agit d'une poudre à délayer dans de l'eau déminéralisée, à la texture granuleuse mais relativement lisse. Elle sent les épices, ce n'est pas top of moumoute mais c'est mieux que l'amoniaque !

    Je me lave les cheveux comme dit dans la notice, puis j'applique la pâte obtenue sur les cheveux, un peu n'importe comment d'ailleurs (pas de pinceau). Je n'ai utilisé que la moitié du sachet de poudre puisque mes cheveux m'arrivent au menton.

    Je suis sublime en Charlotte sur la tête ... Damned, mon mari rentre à l'improviste pour manger ! Je me sens d'un coup moins sexy.

    2h de pause plus tard (oui oui, l'inconvénient du naturel c'est le temps nécessaire pour prendre) je rince abondamment, sans laver de nouveau. Juste un peu de démélant.

    Bilan : un léger reflet chaud, un rendu trés brillant, des cheveux blancs devenus blond foncé, une chevelure ni asséchée ni cassante.

    C'est sûr, ça ne concourt pas dans la catégorie couleur glossy glossy à la Pénélopé Cruz mais ça le fait. En tout cas pour le moment.

     

    Banque d'Image - images, coiffures, beauté, cheveux-curlers, gens, caractère. fotosearch - recherchez des photos, des images et des cliparts

  • Soirée maman ou femme ?

    Hier soir, 2 Juin, deux soirées s'offraient à la femme au foyer active que je suis.

    Le choix était crucial, capital pour le reste de ma petite aventure terrestre.

    Soit je filais assister à la conférence d'Isabelle Fillioza, histoire de tisser des liens profonds et sincères avec ma douce enfant. Pédagogique.

    Soit je filais assister à la 1ere de 4 nanas sexy in the city, au ciné, assise entre moi et moi seule. Ludique.

    J'aurais pu commencer par la conférence "Aucun parent n'est parfait" (20h) puis courir au cinéma 35 kilomètres plus loin (21h45). C'était jouable, si je ratais la fin du 1er et le début du second. Mouais.

    Dilemme...

    Récapitulons :

    Pendant environ six heures, une enfant qui se trouve être ma fille m'a pleurniché dans les oreilles...

     Une quête pour me pourrir la journée semblait l'animer. Sans doute avais-je loupé quelque chose? Que voulait elle me dire, là, à crier nanananana en m'arrachant le tee shirt ? Fillioza, ton secours m'étais alors vital. Qu'allais tu m'apprendre ? Que je ne dois pas être devant l'ordinateur quand mon enfant réclame mon attention. Soit. Et encore ? Qu'il est nécessaire de répondre aux besoins d'un petit, que mes occupations doivent attendre, sait-on jamais qu'un jour chez son psy cette histoire du 2 Juin 2010 ressorte... J'aurais causé des troubles irrécupérables chez ma progéniture, anéantissant sa confiance personnelle. Parce que j'ai bien lu son livre, à Isa, et qu'à la dernière page je commençais dejà mettre de côté le capital nécessaire pour sa future psycho-analyse (ça coûte cher). Mauvaise mère qui se rattrapera un jour.

    Autre réflexion.

    Depuis environ 14 mois, moi, femme au foyer, oublie trés régulièrement que les vêtements et les chaussures ne servent pas qu'à dissimuler mon gras et empêcher les bouts de verre cassés de me transpercer les pieds. Carry, Charlotte, Miranda et Samantha m'attendaient pour une grosse piqûre de rappel. Maman a besoin de rire et se rappeler qu'un jour, elle fut mince et bien lookée. Qu'allaient m'apprendre ses femmes fictives ? Toutes leurs robes haute couture ne me passeraient même pas par la cheville. Taille 34 exigée. Et puis, effroi, serais-je coincée dans une file d'attente où de sublimes créatures à talons hauts Manolo me regarderaient comme une bête de foire, avec mon jean taché et mes sandales Décathlon ? C'est le moment d'arborer mon fidele tee shirt "Comprenez moi, je suis une jeune maman" histoire de me justifier sans avoir à parler...

    Que faire ?

    Quoi choisir ?

    Pourquoi Dieu ne nous a pas donner le don d'ubiquité ?!

    Qu'ai-je fais, finalement ?

     

    Et bien... mère imparfaite... femme imparfaite... Je suis restée au fond de mon canapé, lovée dans les bras de mon tendre, devant une série télévisée sur un tueur de tueurs. Sans complexe dans mon pyj à tache de carotte.

    Le pied.

     

    19433896_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100422_101211.jpg

     

     

  • Non je ne suis pas une feignasse (je me préserve)

    C'est par pur esprit familial et spirituel. Un don de soi à ceux qui peuplent la maisonnée. Une solution inouïe et incroyable à tous les problèmes de nid en crise ... Un cours devrait être donner à toutes les femmes mamans du monde : celui du lâcher prise domestique.

    A bas le ménage (de toute façon on n'en sortira jamais indemne).

     

    J'ai arrêté de croire les gens qui disent être organisés. Ils ne veulent qu'une chose : vous dévaloriser pour mieux se féliciter ! Vous prouver par A + B que si vous n'y arrivez pas, c'est de votre faute. Ils vous laisse avec l'amertume de l'écolier qui malgré ses efforts n'obtient qu'un passable 10 sur 20, tandis qu'eux cranent avec leur 18. C'est décidé, j'applique à partir d'aujourd'hui le principe du "laisse couler, de toute façon dans une heure ce sera pareil". 

    Je n'en connais qu'une qui ne juge jamais ses amies les bordéliques, qui ne prétend pas avoir la science infuse du ménage avec un grand M, qui ne donne de conseil que si on les lui demande et je ne l'en aime que plus ! Elle est soupsonnée d'avoir un peu fricoté avec Mary Poppins. "Her général", je te tire ma révérence !

    Revenons à nos moutons (de poussière).

    Se lever découragée par l'empleur de la tâche, maudir l'amour de ma vie de sa passion de la tartiflette maison (dont les casseroles et plats attendent d'être récurés dans l'éveil, putain de fromage qui colle), s'emporter dans un élan de colère contre la chair de votre chair qui est dans sa phase "découverte merveilleuse de l'integralité des placards" ... Pourquoi tant de haine ? Parce que je suis dépitée par ce travail sans trève. Finalement, Eve n'a pas tant payé que ça la connaissance du sexe par les douleurs de l'enfantement, non, elle a été punie bien plus sadiquement par un boulot sans fin. Coquin de Dieu.

    Parité oblige, j'ai à la maison l'un de ces spécimens dont on parle à la télé, surtout les psy et les féministes : il sait faire le ménage de A à Z. Il sait changer des couches et des culculs bouseux. Il aime rire en donnant le bain, cacher la tête derrière le rideau de douche en criant coucou. Il sait faire des petits farcis niçois à se damner et décongeler des lasagnes Picard. Il sait m'écoute, me dire "je prends le relais t'inquiéte" quand je menace de me défenestrer de la fenetre en rez de chaussée. C'est un homme, un vrai, qui n'a pas oublié les conseils de sa mère ni le charisme de son père. Il m'aime même avec mes bourrelets, c'est dire si j'ai de la chance !

    Mais cet homme, tout merveilleux qu'il soit, n'a qu'une tare : il n'est pas là. Au moins jusqu'à 19h.

    Et finalement, c'est ma chance ...

    Car la maison et moi avons un deal : je lui fous la paix jusqu'à 17h et elle ne m'en veut pas de mon bordel.

    Les filles et les hommes au foyer (il y en aurait de plus en plus mais je n'en connais pas...) arrêtons d'écouter - la tête rentrée et les épaules vers l'interieur - ceux qui prétendent qu'il suffit de se bouger pour être organisé. Qu'il ne nous manque qu'un peu de volonté. Qu'on n'est pas des femmes "complétes", de celles qui assurent, de celles qui poursuivent le mythe de la femme louve, "c'est comme ça pis c'est tout, point barre".

    Non, ce n'est pas que CA ! C'est tellement plus, d'être une femme ! Ce n'est pas parce que nous avons donné la vie qu'il faut jeter sur nous un regard plus sévère !

    Non. Non, et si mon enfant mange une mouche morte sur le sol parce que je n'ai pas encore passé l'aspirateur, si le linge propre entassé sur la chaise s'est échoué par terre, si le fromage cuit est s'encollé dans les assiettes... il suffira de réduire l'apport de protidique du repas de l'enfant, jeter le linge sur le lit la prochaine fois et laisser tremper 10 min dans l'eau chaude avant de laver la vaisselle (pensez à ajouter une ou deux cuillères de cristaux de soude, c'est magique).

     

    Car aprés tout, que se passerait il si le facteur sonnait à la porte, là maintenant tout de suite, et jetait un regard bien équivoque sur l'état de notre salon ? Repartirait il de chez nous en racontant à tous ses collègues de la poste qu'il y a dans la ville une femme - un monstre - qui laisse des traces de boue dans l'entrée ? Féliciterait il sa propre femme de ses compétences ménagères le soir ? Ferait il des cauchemards des magazines déchiquetés sur le sol ?

    Et puis quand vient même ?

    Là tout de suite, je suis zen, heureuse de renoncer. Occupée à des choses nettement plus stimulantes ! Et l'enfant, qui est entrain de jouer dans la terre mouillée du jardin, n'est il pas le plus heureux des minis monstres boueux ? L'Homme, dans son bureau, ne se pose même pas la question. Quand il rentrera, l'ambiance sera calme, chaleureuse, dans une maison globalement rangée. La maison du bonheur, 0% de culpabilité, 0% de reproche. 

    Allé plutôt vous faire un gommage gourmand, vous coudre une bricole et jouez avec les enfants !

     On verra vers 17h pour la maison de Bree Van De kamp !

     

    bree.jpg
    Bon week end de 3 jours !

     

     

     

  • Rimes de minuit, délires du soir

    Comme s'amuse le chat
    Qui fait de sa proie un rat
    Il le serre entre ses griffes
    Et lui mord le bout du pif

    Le relâche et de sa patte
    Le pousse à la carapate
    Pour aussitôt le rattraper
    Hé, ô plaisir ! s'en amuser

    Petit cœur de rat tu bats !
    Mais le chat ne le sait pas.
    Le félin croquerait bien
    Les cuisses de ce menu festin !

    Le chat plante ses crocs
    Sous la gorge du petiot
    Et le petiot les siens
    Sur la joue qui le retient

    La bataille résonne
    Sur le pavé de la rue
    Quand minuit sonne
    Le rat fut croqué cru

  • Newletter et petit jeu pour vous remercier !

    Je suis surprise et ravie de recevoir tant de visiteurs, de plus en plus nombreux chaque mois !

     

    Merci à toutes de votre interet pour mes petites passions du quotidien. Vous me motivez à tenter de nouvelles choses pour les transcrire ici, avec mes émotions et impressions !

    Ce petit blog, c'est vous qui m'aidez à le rendre vivant ; il commence à faire parti intégrante de mes activités.

    Pour vous remercier, je vous propose de vous inscrire à la newletter, de me laisser un commentaire ci dessous

    et d'ici 1 mois, je tirerais au sort parmis vous pour un petit cadeau made home personnalisé !

    A bientôt !

     

     

  • Le 1er mai, travailler, c'est péché !

    Mon billet "Vis ma vie de femme aux foyer" a eu un succés de dingue, tant que je m'interroge : alors comme ça on me laisse moins de comm' lorsque j'explique comment faire un produit ménager ou une crème visage ? Bande d'ingrates !!! 

     

        ;-)

     

    Alors en ce 1er mai, jour férier, jour chéri, jour de grand rien collectif, je passe du côté des femmes honnêtes :

    Ok j'avoue : je n'ai pas attendu le 1er mai pour ne rien faire de mes journées de femme au foyer !

    Oui, il y a des jours (des semaines ?) où le leitmotiv serait "POUR VIVRE HEUREUX, VIVONS FROISSES". Car aprés tout, repassés ou pas, on dormira bien sur les mêmes draps. Ma voisine ne s'offusquera pas que ma culotte soit froissée et la caissière du supermarché que ma jupe n'ait pas été repassée (au pire, on peut dire qu'elle a subi les assauts de l'enfant ...).

    Il y a des jours où je me lève, je mets l'enfant devant Sid le petit scientifique (instructif pour un petit d'un an, n'est ce pas ?) et je me scotche à l'ordinateur. Et je papote avec mes copines. L'enfant remue ? je lui file un gâteau, ça le calme. La femme au foyer moderne a quelque chose qui change son statue social : Internet. Elle n'est plus seule avec ses questions, elle est puissante de tout son réseau, la ménagère ! Elle peut se plaindre de sa vie de chien, aider les autres mamans dans leurs jours Down, trouver des solutions aux problèmes du quotidien. Les possibilités sont infinies ! Pendant ce temps, la vaisselle attend d'être lavée...

    Il n'y a pas que le 1er mai que la femme au foyer ne fout rien.

    Que ses journées sont belles ! La femme part avec l'enfant rejoindre d'autres mamans au foyer et leurs enfants, pour faire de la couture, du café blabla, des crèmes de jour ! Ensemble, elles font des pique nique au parc et des aprés midi en ludothèque !

    Le bonheur si je veux.

    La femme laisse derrière elle la maison dévastée, les lits pas faits, le linge encore humide dans la machine à laver. Il est temps de rire !

    La femme au foyer profite des beaux jours pour aller à la plage. Tant pis pour les jaloux ! Oui, elle a le temps de vivre, de jouer avec son enfant chéri, de prendre des photos qui empliront les albums photos (le jour où l'on se décidera à aller les imprimer... pour le moment on a pas le temps. C'est qu'on a des trucs à faire, bordel !).

    Quand le télephone sonne, la femme au foyer sait qu'au bout du fil il y a son homme. Oups ! Oui chéri d'amour, aujourd'hui je suis chez martine, ou à la plage, ou devant internet, ou devant ma machine à coudre... Oui chéri, je sais que j'ai de la chance ... Toi tu trimes pour nous ...

     

    Alors vite, avant que l'homme revienne à son nid, on s'active ! On dépasse la vitesse légale pour arriver avant lui ! Vaisselle rapide, linge caché dans le placard, passage de l'aspirateur dans les zones visibles ... Tiens, je suis de bonne humeur, je vais cuisiner un peu aujourd'hui ...

    Et voilà, l'homme rentre dans une maison (à 1ere vue) rangée ! Il sourit (l'homme sait qu'on le berne). L'enfant et sa femme sont de bonne humeur et un bon plat cuit au four... La femme a même pris le temps de mettre des sous vêtements coordonnés... Jour de fête à la maison !

     

    Ah, que vive le 1er mai (et les autres jours de trève domestique !) ...

    muguet-4973.jpg