cosmetique

  • En cosmétique, la simplicité a du bon ...

    Je vois fleurir sur les blogs (et sur le mien !) des tas de recettes de crèmes visage et soins, dont on a l'impression parfois qu'il faut avoir bac + 7 pour pouvoir les réaliser ! On comprend la moitié des mots, on n'a pas 1/3 des ingédients, bref, on rêve devant mais tout cela nous semble infaisable.

    J'ai l'impression qu'il en faut toujours plus : plus d'ingédients au nom exotique, plus de composants pour être efficace, plus de temps pour les préparer...

    Car il est vrai qu'on a fait presque le tour des explications : pour faire une crème il faut une phase aqueuse et une phase grasse (mélangée à un émulsifiant ou cire) fouettées ensemble. Et à la rigueur quelques petits ajouts (conservateurs, parfum, couleur...).

    Aujourd'hui, je vais plutôt parler de la peau de notre visage. Elle sécréte du sébum, nous le savons tous. C'est une cire lipidique qui protége l'épiderme du dessèchement. Comment ça se passe ? La peau perd son hydratation naturelle, pour y pallier, l'astucieuse Nature nous a doté de cette cire, le sébum, pour retenir l'eau.

    En aucun cas la Nature n'émulsionne l'eau contenue dans la peau avec ce sébum ! Les deux substances ne se mélangent pas.

    L'émusion est donc une invention humaine, Damned ! Mais était elle vraiment utile ? là est la question.

    Car finalement, l'idéal sur une peau "normale", serait d'appliquer simplement le matin une huile végétale choisie avec soin, selon son type de peau. En vaporisant au préalable un peu d'hydrolat ou d'eau floral sans attendre que l'eau s'évapore. A la rigueur quelques gouttes d'huiles essentielles mélée à l'huile augmenteront considérablement son champ d'actions.

    Les émusions riches ne devraient être appliquées qu'à certaines occasions : lorsque la peau est incapable de s'hydratée correctement, lorsqu'elle subit certaines agressions (vent, soleil, température, clim' ou chauffage). L'usage prolongée de crème rendrait la peau incapable de se réguler, incapable de produire l'eau et le sébum nécessaire, voir de l'épuiser en lui demandant d'absorber des éléments dont elle n'a que faire.

     

    Le mieux serait donc l'ennemi du bien !