reprise de boulot aprés bébé

  • La fin de la lune de miel maternelle ...

    Soyons franche : la maternité et le maternage m'ont apporté en cadeau un "bouillon de cultures". Curiosité, virus et bactéries en tout genre, découvertes, introspection, épanouissement, vaccins, créativité, remise en question ... Et l'Amour qu'aucun mot ne saurait définir.

    Mais les mois s'étirant avec la mollesse d'un chat au soleil, le souffle commence à manquer. Un souffle personnel, intime.

    Pour le combler, silencieusement j'ai mangé - dévoré.

    Pour le remplir, j'ai appris à créér. Frénétiquement.

    Aujourd'hui, la lune de miel maternelle prend fin. Dans la tête, mes espoirs se réveillent doucement. LIBERTE, j'ai besoin de toi. J'ai été assiégée, amoureuse, prisonnière, captive de 50 cm d'humaine (qui en fait aujourd'hui 78).  

    Ô Ne croyez pas que je renie ces doux mois et ce lien puissant que je n'ai laissé à personne le soin de tisser ! Je suis née mère une nuit de Mars et je le resterais toute la vie ...

    Ne pensez pas que je renonce à mes valeurs maternantes, elles sont la base même de ce que je souhaite offrir à ma chenille nouvelle avant qu'elle ne devienne à son tour un papillon.

    Mais aujourd'hui, je ne peux plus.

    Je n'ai plus de souffle.

    Je n'ai plus de corps.

    Je ne suis qu'une Femme qui se perd un peu plus chaque jour. Dans les cris aigus et plaintifs de mon enfant. Silence, tu me manques...

    Je n'ai plus ce courage qui possède les femmes au foyer de longue durée. Qui les anime jusque dans leur être.

    Et ce renoncement me coûte, croyez le ... Et ce sentiment de culpabilité qui me répète que je ne serais pas allé jusqu'au bout : 3 ans d'éducation, d'amour quotidien, heure par heure, jour après jour.

    Une année et 17 mois. C'est ce que j'aurais tenu avant d'envoyer mon premier CV.

    Aujourd'hui je peaufine ma présentation, je dialogue avec moi-même pour me présenter à d'éventuels entretiens. Je parle de moi à toutes les sauces sans savoir comment je vais me faire manger mais je sais une chose : il faut se réagir avant de sombrer.

    Une dédicace spéciale à toutes les valeureuses qui sont mères au foyer , à toutes ces femmes à laquelle la société ne s'intéresse pas, à toutes ces mères qui continuent de croire que leur rôle n'est pas aussi épuisant que celui de leur conjoint, qui repassent, lavent, cuisinent, éduquent, donnent leur amour, s'échinent à créer l'harmonie dans leur foyer. Et qu'on ne considèrent pas. Ou trop peu.

    A toutes, je vous tire mon chapeau, ma révérence.

     

     

    IMGP9560.JPG
    Photo d'essai d'Armelle Touzeau
    "  Pap' et mini pap'   "